Initiative pancanadienne sur le financement durable des médicaments contre le cancer

Le Canada a l’un des meilleurs systèmes de lutte contre le cancer au monde. Des cancers sont guéris et les Canadiens atteints de cancer vivent plus longtemps. Cela s’explique en grande partie par notre meilleure compréhension du traitement du cancer et par la disponibilité de thérapies efficaces et novatrices. L’innovation en matière de traitements contre le cancer a mené à des améliorations concrètes de la qualité de vie des patients et a fait progresser l’espérance de vie des patients de plusieurs mois, voire des années.

Le but de l’Initiative pancanadienne sur le financement durable des médicaments contre le cancer est d’assurer que les patients canadiens ont accès à des traitements novateurs et efficaces contre le cancer et que notre système de lutte contre le cancer obtienne la valeur maximale pour les sommes investies.

En 2016, l’ACAPC et ses partenaires ont entrepris ce travail parce que la durabilité et les forces de notre système de lutte contre le cancer sont menacées. De plus en plus de Canadiens sont atteints d’un cancer et bon nombre d’entre eux ont besoin d’un traitement plus long. Le coût des traitements contre le cancer, en particulier le coût des médicaments, est en progression. De plus, les nouveaux médicaments qui seront disponibles au cours des prochaines années se multiplient. Beaucoup d’entre eux sont très coûteux.

L’impact sur les budgets de médicaments anticancéreux donne déjà à réfléchir. Au cours des cinq dernières années, les budgets de médicaments anticancéreux ont augmenté entre 43 % et 82 % en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario. En Ontario, cela représente une augmentation de 50 millions de dollars par année.

La pression continue sur les budgets des médicaments n’est pas viable. Il est fort possible que cela limite l’accès à des médicaments anticancéreux novateurs, place un fardeau financier encore plus important sur le système de lutte contre le cancer, les patients et les familles, et fasse en sorte que moins de ressources seront affectées à d’autres facettes des soins contre le cancer. Le Canada n’est pas le seul pays à faire face à une telle situation. À travers le monde, les pays font face à des défis semblables.

Construire un système de lutte contre le cancer durable

L’ACAPC collabore avec ses partenaires pour renforcer notre système de lutte contre le cancer afin qu’il puisse offrir des soins de qualité aux Canadiens atteints d’un cancer aujourd’hui et à l’avenir.

L’Initiative pancanadienne sur le financement durable des médicaments contre le cancer réunit des experts qui travaillent déjà à la mise en œuvre de nouveaux médicaments contre le cancer à l’échelle provinciale ainsi qu’un représentant des patients, des familles et du public, afin d’offrir des conseils aux ministères de la Santé en matière de prise de décisions sur le financement de médicaments.

Pour ce faire, nous travaillons avec les processus existants d’évaluation de médicaments et de négociation des prix établis par l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé/le Programme pancanadien d’évaluation des anticancéreux (ACMTS/PPEA), l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) du Québec, et l’Alliance pancanadienne pharmaceutique (APP).

Une évaluation des travaux de l’ACAPC et du CCMMA montre que le fait de se concentrer sur la mise en œuvre des nouveaux médicaments et sur l’uniformité de la liste provinciale des médicaments contre le cancer a un impact positif. Il est important de noter que cela ne retarde pas inutilement l’accès des patients à ces nouveaux traitements.

Beaucoup de caractéristiques du système canadien d’examen et d’approbation des médicaments comptent parmi les meilleures et les plus novatrices au monde, mais il est possible d’en faire plus pour le rendre plus efficace, faciliter l’accès rapide à de nouveaux traitements et renforcer les liens. Pour soutenir ces efforts, certains éléments du travail en matière de financement durable de médicaments seront transférés en permanence de l’ACMTS le 1er juillet 2019. Cette transition aura pour effet d’assurer l’amélioration continuelle des processus qui rehaussent l’efficacité du système et la rapidité d’accès aux médicaments, et de réduire les dédoublements d’efforts.

Pour plus de renseignements sur le travail de l’ACMTS dans ce domaine, consultez le site ici.

Pour les avis de soumission préalable reçus par l’ACTMS avant le 1er juillet, l’ACAPC s’est engagée à maintenir le processus actuel du CCMMA. L’ACAPC s’attend à ce que ces soumissions soient examinées d’ici la fin de l’exercice financier 2019-20. Cela assurera l’uniformité pendant la transition.

L’ACAPC est fière de sa réussite avec le CCMMA et es déterminée à améliorer le financement durable des médicaments anticancéreux au Canada.