Déclaration des incidents

Systèmes de déclaration des incidents au Canada

La divulgation des effets indésirables ou des incidents se fait à différents niveaux du réseau de la santé. Outre la divulgation locale au palier institutionnel, plusieurs mécanismes de déclaration et d’apprentissage existent déjà : 

  • Systèmes provinciaux de déclaration et d’apprentissage – Outre les mécanismes réglementés et obligatoires de déclaration et d’apprentissage qui existent en Saskatchewan et au Manitoba, des programmes en ligne de déclaration volontaire ont déjà été mis sur pied, ou le seront bientôt, en Colombie-Britannique et à Terre-Neuve-et-Labrador. Des mécanismes provinciaux offrent la possibilité de mettre l’accent sur les besoins, les possibilités et les ressources propres à chaque province.
  • Système national de déclaration des accidents et incidents (SNDAI) – Le SNDAI était auparavant le système de déclaration en milieu hospitalier du Système canadien de déclaration et de prévention des incidents médicamenteux (SCDPIM). Il est exploité gratuitement par l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), et il a été conçu dans le but de saisir et de communiquer les données sur les accidents et incidents liées à des médicaments qui surviennent dans des hôpitaux canadiens.
  • Le Système canadien de déclaration et de prévention des incidents médicamenteux (SCDPIM) comporte deux volets :
  • Le Système canadien de déclaration des événements indésirables et d’apprentissage (SCDÉIA) – qui avait été imaginé à l’origine par l’Institut canadien pour la sécurité des patients est un système national de déclaration et d’apprentissage qui a pour objet de faciliter la cueillette et l’analyse d’information sur les effets indésirables et pour accélérer l’application concrète du savoir. La création du SNDAI et la présence d’autres systèmes de déclaration et d’apprentissage au Canada font en sorte que l’Institut canadien pour la sécurité des patients réévalue actuellement la vision du SCDÉIA. 

    On peut obtenir un document intitulé Guidelines for Adverse Event Reporting and Learning Systems en consultant le site Web de l’Organisation mondiale de la santé.

    Perspective de l’Association à propos de l’avenir de la déclaration des incidents

    Les systèmes de déclaration des effets indésirables et d’apprentissage déjà en place, tout comme ceux qui sont en développement, aident les établissements locaux et les réseaux provinciaux de la santé à développer des stratégies qui s’appuient sur le système existant. Ils offrent également la possibilité de communiquer de l’information au sujet des effets indésirables qui, autrement, ne serait connue que localement.  

    L’Association soutient des approches qui facilitent l’échange de l’information émanant de chacun des programmes de déclaration et d’apprentissage du réseau canadien de lutte contre le cancer. Ces approches comprennent le développement de systèmes qui facilitent le transfert de données des réseaux locaux ou provinciaux de déclaration et d’apprentissage vers un répertoire national, tel que le Système national de déclaration des accidents et incidents, ainsi que le développement de mécanismes de réponse rapide capables d’alerter les responsables du système de lutte contre le cancer lorsque des incidents ou des quasi-accidents se produisent.