Médicaments oraux pour le traitement du cancer

À la suite du document intitulé « Lignes directrices régissant l’utilisation et la manipulation sécuritaires des médicaments oraux pour le traitement du cancer », que l’ACAPC a publié en septembre 2015, nous sommes heureux de partager avec vous les « Recommandations pour l’utilisation et la manipulation sécuritaires des médicaments anticancéreux oraux dans les pharmacies communautaires : des lignes directrices consensuelles pancanadiennes » pour répondre de façon plus exhaustive aux besoins spécifiques du secteur des pharmacies communautaires.

Contexte

Différents types de cancer sont traités à l’aide de la chimiothérapie, une approche qui utilise de puissants agents chimiques pour tuer les cellules cancéreuses à croissance rapide. Bien que de nombreux patients bénéficient de ce type de traitement, l’utilisation de médicaments chimiothérapeutiques doit être strictement contrôlée en raison de leurs propriétés toxiques.

Peu importe s’il est administré par voie intraveineuse ou par voie orale, le traitement de chimiothérapie comporte le risque des effets secondaires et de la toxicité des médicaments (surdose ou réaction indésirable à un médicament). Le traitement de chimiothérapie par voie intraveineuse est administré dans les hôpitaux et les cliniques de cancérologie du Canada par des fournisseurs de soins de santé qualifiés qui suivent des protocoles établis pour l’utilisation et la manipulation sécuritaires de médicaments, ainsi que pour effectuer une surveillance étroite des patients.

Les traitements faisant l’utilisation de médicaments anticancéreux oraux permettent aux patients de s’autoadministrer leur traitement contre le cancer directement à la maison. Cette possibilité offre de nombreux avantages aux patients et aide le système à répondre plus efficacement à la demande pour des services de traitement. Cependant, cette approche peut augmenter le risque pour certains patients, car il incombe au patient et à sa famille de gérer en toute sécurité les médicaments, de suivre les instructions complexes de dosage et de surveiller de manière indépendante les effets secondaires. Elle dépend aussi d’un ensemble de fournisseurs qui ne font pas partie du milieu hospitalier pour prescrire et dispenser de façon sécuritaire les médicaments chimiothérapeutiques.

La disponibilité et l’utilisation croissantes de la thérapie faisant l’utilisation de médicaments anticancéreux oraux ont mis en évidence le manque de processus normalisés, de mesures de sécurité et de normes pour l’utilisation et la manipulation de ces médicaments.

Bien que l’ACAPC ait publié en 2015 une ligne directrice portant sur la manipulation sécuritaire des médicaments anticancéreux oraux pour régler certains problèmes à l’échelle du système, nous avons constaté qu’elle n’a pas répondu de manière adéquate aux besoins spécifiques des personnes qui travaillent dans les pharmacies communautaires plutôt que dans les pharmacies se spécialisant dans le secteur de l’oncologie. Ainsi, nous avons travaillé en collaboration avec le secteur des pharmacies communautaires pour élaborer une ligne directrice qui est spécifique à ce secteur.

Élaboration de nos lignes directrices portant sur l’utilisation et la manipulation sécuritaires des médicaments anticancéreux oraux dans les pharmacies communautaires

Pour l’élaboration des deux lignes directrices portant sur les médicaments anticancéreux oraux parus en 2015 et en 2017, nous avons suivi un processus d’élaboration qui comprenait un examen de la documentation existante, des entrevues avec des informateurs clés et un atelier tenu par des experts pour créer, examiner et finaliser chaque ensemble de recommandations. Le processus d’examen externe pour les deux lignes directrices impliquait plus de 70 organismes du Canada et des É.-U. œuvrant dans les domaines de la sécurité des patients ou des médicaments, de la santé et sécurité au travail, du transport des médicaments dangereux ou en pratique de la pharmacie.

En plus du procédé décrit ci-dessus, la nouvelle ligne directrice sur l’utilisation et manipulation sécuritaires des médicaments anticancéreux oraux dans les pharmacies communautaires a fait participer un nombre égal d’experts issus du système de lutte contre le cancer et du secteur des pharmacies communautaires pour adapter plus précisément les recommandations selon leur contexte unique.

Utilisation des lignes directrices

Veuillez examiner les deux lignes directrices dans le cadre de l’environnement dans lequel vous travaillez, et les diffuser aussi largement que possible au sein de vos réseaux. Les deux lignes directrices ont limité leur champ d’application aux médicaments anticancéreux oraux, mais nous reconnaissons que beaucoup de ces recommandations pourraient être appliquées à la manipulation sécuritaire d’un grand nombre d’autres médicaments dangereux et encourageons leur utilisation dans un contexte plus large.

Coordonnées

Nous vous encourageons à nous envoyer vosquestions ou vos commentaires au sujet de la ligne directrice et de son élaboration. Pour ce faire, veuillez communiquer avec Heather Logan, directrice générale de l’ACAPC, à l’adresse info@capca.ca.

Liens vers les lignes directrices:

Lignes directrices régissant l’utilisation et la manipulation sécuritaires des médicaments oraux pour le traitement du cancer 2015

Recommandations pour l’utilisation et la manipulation sécuritaires des médicaments anticancéreux oraux dans les pharmacies communautaires des lignes directrices consensuelles pancanadiennes 2017